Allahou Tahir Limane (1934-2013)

02 Mar 2020

Né en 1934 à Mao, Allahou Tahir est infirmier de formation. C’est en 1953 qu’il a commencé à s’intéresser à la politique. Le 31 mars 1959, il fait une entrée remarquée sur la scène politique en se faisant élire à l’Assemblée territoriale. Il a alors 23 ans. Sa ferveur militante et ses qualités d’orateur font alors un des poids lourds du PPT/RDA dont il devient rapidement le vice-président. En février 1959, il voit avec amertume le renversement de Gabriel Lisette. De mars à juin 1959 il participe au Gouvernement d’Ahmed Koulamallah puis à celui de François Tombalbaye comme ministre.

Le deuxième personnage de l’Etat

Après l’écrasante victoire du PPT aux législatives du 31 mai 1959, Allahou Tahir est catapulté, à 25 ans, au poste de président de l’Assemblée législative ! Il restera d’ailleurs dans toute l’histoire du Tchad, le plus jeune président de l’Assemblée. Après avoir participé aux cotés de Tombalbaye aux négociations de Paris pour le transfert des compétences de la Communauté à la jeune République (juillet 1960), il a encore eu l’honneur d’être à se cotés le

jour de la proclamation de l’indépendance, le 11 aout 1960.

 Mais quelques mois seulement après ce jour mémorable, le chef de l’Etat crée la surprise n déclarant Gabriel Lisette Persona non grata au Tchad. Allahou Tahir qui ne se cautionne pas cette décision, prend la tête des élus lisettistes pour s’opposer avec détermination à cette dérive dictatoriale. Ils tentent de renverser le Gouvernement par une motion de censure. La motion  n’aboutit pas car un de ses auteurs, Jacques Nadingar, trouve mystérieusement la mort peu avant l’ouverture de la séance.

 La disgrâce

En représailles, Tombalbaye fait destituer Allahou Tahir de la présidence de l’Assemblée pour le remplacer par Ahmed kotoko. Dans le même temps, Allahou Tahir perd aussi son titre de vice-président du parti. Pour sauver sa vie, il s’enfuit en exil à Bruxelles où il peut suivre des études de droit. De retour au pays en 1968, il exerce pendant quelques années comme magistrat. Mais, accusé de collusion avec la rébellion du FROLINAT. Il est arrêté en 1973 et jeté en prison à Mao jusqu’au putsch du 13 avril 1973.

Retour sur la scène

Nommé secrétaire d’Etat à l’Agriculture dans le Gouvernement militaire, Allahou Tahir est une nouvelle fois arrêté en mai 1978 et incarcéré. Il lui est reproché de soutenir la rébellion de la «Troisième Armée» du FROLINAT. Il est libéré après l’arrivée d’Hissein Habré à la primature en aout 1978. Sous Goukouni Oueddeye, il a été commissaire du Gouvernement auprès de la cour criminelle spéciale qui a jugé et condamné Hissein Habré à mort par la contumace (juin 1981). Allahou Tahir a joué un rôle important dans la rédaction de plusieurs textes constitutionnels du Tchad. Il a aussi été membre de la cour suprême avant d’être admis à la retraite. Il est décédé le 19 mars 2013 à N’Djamena.

Ce site est la propriété de l'Assemblée Nationale du Tchad et relève de la législation tchadienne sur le droit d'auteur.

          

Institution

Grandes Figures Politiques