Mohamed Béchir Sow (1907-1976)

02 Mar 2020

Mohamed Béchir Sow est né à Fort-Lamy le 2 novembre 1907, d’un père sénégalais et d’une mère tchadienne (kanembou). Il fut l’un des tout premiers élèves de la première école française de Fort-Lamy. Bien que n’ayant  pas obtenu son certificat d’études, il parlait et écrivait correctement le français.

Fonctionnaire à l’âge de 16 ans !

Béchir Sow fut l’un des rares premiers fonctionnaires indigènes du Tchad. Il embrasse la carrière administrative très tôt, dès 1923, en qualité d’écrivain-auxiliaire, puis d’écrivain-interprète. Il sert à Fort-Lamy dans les services centraux de l’administration.

Sa vie a pris une tournure heureuse grâce à sa rencontre avec deux gouverneurs du Tchad :

Marcel de Coppet puis Jacques Rogué. Il resta au cabinet du gouverneur comme l’homme indispensable qui connaissait les dossiers. C’est le gouverneur Rogué qui l’a propulsé en politique en 1946.

Le sénateur du Tchad

Au début des années 40, Béchir Sow fait partie des personnes indigènes les plus importantes de Fort-Lamy. Le 15 décembre 1946, il est élu membre du conseil représentatif du Tchad. Le 30 janvier 1947, ce Conseil l’élit membre du Conseil de la République (futur Sénat français). Placé en position de détachement à partir de cette date, il fut réélu à ce mandat le 14 novembre 1948 comme indépendant. Sans appartenir au bureau de l’Union  Démocratique Tchadienne (UDT), il a été depuis la France l’un des membres fondateurs et l’une des figures les plus influentes de ce parti.

Béchir Sow, député

Aux élections du 17 juin 1951, le Tchad doit désigner deux députés à l’Assemblée Nationale. L’ancien sénateur Béchir Sow qui se présente sur la liste de l’UDT avec Sou IV bat facilement le député sortant Gabriel Lisette. Il cumule ce poste dès le 31 mars 1952 avec celui de conseiller à l’Assemblée locale. Mais dès 1953, il commence à prendre ses distances avec l’UDT et avec l’administration qui l’ont pourtant soutenu jusque-là. Il rallie alors l’Union Démocratique des Indépendants du Tchad(UDIT) dont il devient le Vice-Président. Le 2 janvier 1956, de nouvelles élections législatives sont organisées. Béchir Sow tente sa chance seul en créant le Bloc Tchadien (BT) sous la bannière duquel il se présente. Il échoue lamentablement. Le 8 décembre 1956, le BT, devenu Bloc Démocratique Tchadien (BDT), fusionne avec PPT.

Aux élections à l’Assemblée territoriale du 31 mars 1957, Béchir ne se représente pas. C’est maintenant un homme d’un certain âge (50 ans). Après un pèlerinage à la Mecque, il reprend du service dans l’administration territoriale comme sous-préfet de Bousso (1960), préfet du Kanem (1960-1962) puis délégué général du Gouvernement auprès de la ville de Fort-Lamy. De 1968 à 1974, il est ambassadeur du Tchad en Libye. Mohamed Béchir Sow est décédé à N’Djamena le 4 avril 1976.

Ce site est la propriété de l'Assemblée Nationale du Tchad et relève de la législation tchadienne sur le droit d'auteur.

          

Institution

Grandes Figures Politiques