Print this page

Entretien avec THEOPHILE YOMBOMBE MADJITOLOUM, député, sixième vice-président de l’Assemblée Nationale du Tchad

02 Mar 2020

“Nous nous mettons en situation permanente d’apprentissage”

Vous avez été réélu le 27 novembre 2012 sixième vice-président de l’Assemblée Nationale. Comment analysez-vous l’évolution de ce mandat depuis qu’il vous a été confié ?

Cette réélection, faut-il le souligner, est le résultat d’un large consensus qui a prévalu au début de la troisième législature. Le mandat qui nous a été confié se déroule dans un climat de franche collaboration avec les différentes composantes de l’institution, à savoir le Bureau de l’Assemblée Nationale, les Groupes parlementaires, les Commissions permanentes et l’administration parlementaire.

Nous nous mettons en situation permanente d’apprentissage et de disponibilité pour contribuer avec efficience au renforcement de notre institution.

En tant que membre du Bureau de l’Assemblée Nationale, quelles sont vos activités et prérogatives ?

Conformément au Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, nous ne disposons pas de prérogatives propres. Nous assistons le président en suivant les missions qu’il nous délègue selon son pouvoir discrétionnaire. A ce titre, il nous a confié le suivi administratif des travaux du nouveau palais de l’Assemblée Nationale et la définition des besoins puis des équipements manquants et connexes relatifs au projet : notamment la mini centrale électrique, le renforcement du système d’alimentation en eau potable, le réseau TIC, le système de votation électronique, les régies son et vidéos, le déménagement des services de l’Assemblée Nationale dans les nouveaux locaux de Gassi et les aménagements des espaces verts etc.

En outre, nous avions la charge de coordonner au niveau local le Programme Noria du Parlement de la francophonie. Dans le cadre de cette coordination, nous avons réalisé plusieurs activités, entre autres la formation des agents des services permanents de l’Assemblée Nationale aux outils informatiques et la dotation de ces services en matériels informatiques puis la création du site web de notre institution. Aussi, voudrions-nous préciser que l’ensemble des missions sont réalisées avec la contribution active de différentes obédiences de notre institution.

Enfin, dans le cadre de notre partenariat avec les collègues de l’Action Parlementaire Globale, nous avions signe des pétitions pour le Traite contre le Commerce illicite des Armes et encourage notre gouvernement a sa signature. Nous espérons sa prochaine ratification.

Quel a été et quel pourrait être, à l’avenir, le rôle de l’Assemblée Nationale dans la progression de la démocratie au Tchad ?

Notre institution a joué un rôle catalyseur pour une démocratie apaisée et elle s’attèle à œuvrer pour que la démocratie puisse véritablement s’enraciner dans notre beau pays.

Faut-il le rappeler qu’elle veille au contrôle de l’action gouvernementale et que dans ce but, elle interpelle régulièrement le Gouvernement sur des questions lies à la vie nationale d’une part et surtout aux conditions de vie quotidienne de nos citoyens d’autre part.

Au regard de cet engagement, le président de l’Assemblée Nationale s’est résolu à doter notre institution des outils et infrastructures adéquats, tout en renforçant les capacités des députes et de l’administration parlementaire pour favoriser la réussite de leur mission.

Un dernier mot

Nous voudrions nous féliciter d’appartenir à un corps de législateur engages et disponibles qui nous ont prodigue de riches enseignements et nous leur disons ici humblement merci. Nous souhaitons enfin qu’au-delà de notre mandat, nous, élus du peuple, soyons au niveau de nos bases respectives des promoteurs de la cohésion sociale, de la tolérance et de la cohabitation pacifique, gages d’un développement durable.